Tailler vos pommiers en février : le secret d’une récolte abondante

Alors que la nouvelle année commence, il est temps de penser à l’entretien de vos arbres fruitiers. Et parmi les travaux de jardinage à réaliser durant l’hiver, tailler ses pommiers en février s’avère être une étape cruciale pour assurer une belle production lors des prochains mois. En effet, tout au long de l’année, nos arbres ont besoin d’un petit coup de pouce pour favoriser leur croissance et augmenter leurs rendements.

Pourquoi tailler un pommier ? Les bénéfices de cette pratique

Tout d’abord, il convient de comprendre l’intérêt de tailler un pommier :

  • Maintenir une structure solide : une taille régulière permet d’éviter que l’arbre ne se déploie trop horizontalement. Il s’en suit alors un soutien plus adéquat pour accueillir les fruits sans risquer l’affaissement ou la casse des branches.
  • Améliorer la circulation de la lumière et de l’air : en éliminant les branches inutiles qui entrelacent et en aérant l’architecture de l’arbre, vous favorisez le passage du soleil et de l’air nécessaire à la bonne maturation des fruits.
  • Augmenter les rendements : une taille bien menée 😉 contribuera à stimuler la fructification et à augmenter le calibre des fruits produits.
  • Prévenir l’installation de maladies et parasites : en supprimant les zones d’ombre et de stagnation d’humidité, vous créez un environnement moins propice au développement de champignons et autres nuisibles.
Vous aimerez aussi lire :   Je perds toutes mes pommes, elles pourrissent sur l'arbre, pourquoi ?

Découvrez comment la taille de vos pommiers en février peut influencer positivement votre récolte. Ne manquez pas également notre guide complet sur ce qu’il faut tailler au jardin en février pour un entretien optimal de toutes vos plantes.

pomme qui reste sur l'arbre pendant l'hiver

Février, le mois idéal pour tailler les pommiers

Maintenant que ces avantages sont établis, intéressons-nous au calendrier. En effet, choisir le bon moment pour effectuer cette taille est déterminant dans son efficacité sur la santé et la productivité de vos arbres. Alors pourquoi février ?

  • Raisons climatiques : durant cette période, les températures sont généralement basses et les risques de gel s’amenuisent. Cette situation évite aux plaies de taille d’être exposées à de fortes gelées, limitant ainsi leur stress et assurant une meilleure cicatrisation. De plus, en fin d’hiver, la sève n’a pas encore commencé à monter dans les branches, réduisant aussi le risque de « saignement » des coupes réalisées.
  • Fenêtre de repos végétatif : février correspond à une période où l’arbre est en dormance et donc moins vulnérable face aux agressions extérieures. Cela facilite ainsi son rétablissement suite à la taille et prépare idéalement la repousse du printemps.
  • Accès facilité : en l’absence de feuillage, il est plus aisé d’évaluer la structure de l’arbre et de réaliser des coupes précises.

Sur le même sujet, apprenez aussi à reconnaitre la moniliose du pommier

Une exception : la taille en vert

Néanmoins, certaines situations requièrent une intervention ponctuelle durant l’été. Connu sous le nom de « taille en vert », ce procédé consiste à éliminer les gourmands, pousses végétatives inutiles qui détournent l’énergie du pommier au détriment des fruits. Cette opération doit donc être réalisée courant juin ou juillet pour maximiser son efficacité.

Vous aimerez aussi lire :   Les étapes pour faire pousser un citronnier

Comment tailler correctement un pommier en février ? Les étapes clés

Vous êtes convaincu de l’intérêt de cette taille hivernale et prêt à vous lancer ? Pas de panique ! Nous vous guidons pas à pas pour que cette expérience se passe sans accroc :

  1. Préparer le matériel adéquat : munissez-vous d’un sécateur bien affûté pour assurer des coupes nettes et limiter les risques de maladies. Vous pouvez également vous équiper d’une scie à élaguer pour les branches plus importantes et d’un escabeau stable pour atteindre les hauteurs.
  2. Observer la forme générale de l’arbre : avant tout, analysez la morphologie du pommier afin de repérer les zones surchargées et celles nécessitant un éclaircissement.
  3. Commencer par tailler les branches mortes, malades ou cassées : cette étape vous aidera déjà à y voir plus clair pour les coupes suivantes. De plus, veillez à éliminer également le bois de l’année précédente qui a porté des fruits pour inciter l’arbre à produire de nouvelles pousses.
  4. Éclaircir la charpente : supprimez les rameaux se croisant à l’intérieur de l’arbre et ceux qui ne respectent pas une inclinaison d’environ 45° par rapport au tronc. Vous pouvez aussi enlever quelques gourmands si besoin, permettant ainsi une meilleure répartition de l’énergie du pommier au printemps.
  5. Redresser les branches horizontales : privilégiez les rameaux bien orientés vers l’extérieur de l’arbre et offrant un espace suffisant entre eux pour que les fruits puissent mûrir correctement.

A lire aussi : pourquoi je perds toutes mes pommes ?

Là, il ne vous restera plus qu’à profiter pleinement de vos efforts lorsqu’apparaîtront vos délicieuses pommes cet automne ! Alors n’hésitez pas, tailler ses pommiers en février est un geste simple et indispensable pour savourer des fruits juteux et goûteux tout en prenant soin de vos arbres.

Vous aimerez aussi lire :   Comment faire pour rempoter un citronnier ?

Laisser un commentaire