Invasion de chenilles processionnaires : comment lutter ?

Nous allons vous expliquer comment éloigner les chenilles processionnaires, mais avant ça il serait bon de rappeler d’où elles viennent et qui elles sont ! Lorsque viennent les beaux jours, la vie reprend dans les jardins, les champs et les forêts. Comme les autres insectes il y a la chenille qui redémarre se réveille ! Mais si il y a les petites bêtes qu’on aime bien regarder dans son hôtel à insectes, et il y a aussi ceux qu’on aimerait bien voir s’installer plus loin : les chenilles processionnaires en font partie ! Il s’agit d’une variété de chenilles qui se déplacent en file indienne, d’où cette appellation. Mais derrière cette procession qui fascine les personnes croisant leur chemin se cache un danger qui peut mener jusqu’à des complications sévères. Zoom sur la chenille processionnaire et comment s’en protéger.

Qu’est-ce qu’une chenille processionnaire ?

La chenille processionnaire est une larve appartenant à la famille des lépidoptères (un papillon de nuit pour faire simple). Ces larves mesurent environ 4 centimètres et se transforment ensuite en petits papillons de 3 à 4 cm. Les chenilles sont caractérisées par une couleur brune avec des taches rouges sur le flanc et sur le dos.

Zoom sur la chenille processionnaire

Il existe deux types de chenilles processionnaires :

  • La chenille processionnaire du chêne ou encore « thaumetopoea processionoea » : elles vivent leur vie de chenille plutôt dans les régions du nord de la France, à la sortie de l’hiver (du printemps à la fin de l’été en général). Au moment de se transformer en papillon, les chenilles s’attaquent aux chênes et restent sur le tronc des arbres pour former leur cocon
  • La chenille processionnaire du pin, scientifiquement comme étant le thaumetopoea pityocampa. Cette espèce prolifère plutôt dans les régions du sud de la France. Pour se développer, elles s’enfouissent dans le sable sous les pins pour s’en délecter et quittent alors leur stade larvaire de cette façon.

Une belle vidéo de Brut pour comprendre qui est la chenille processionnaire : derrière ses airs de petites bête toute mignonne le long d’un tronc d’arbre, il faut s’en protéger. Pour les infos officielles, c’est ici sur le site gouv : https://agriculture.gouv.fr/surveillance-de-la-chenille-processionnaire-du-pin-en-foret-cycle-biologique-2019-2020

Vous aimerez aussi lire :   Bouillie bordelaise : un fongicide autorisé en agriculture biologique ?

Pourquoi les chenilles processionnaires sont-elles un danger pour l’homme ?

Que ce soit la chenille processionnaire du pin ou chenille du chêne, le corps de cet insecte nuisible est recouvert de poils urticants et allergisants. D’ailleurs, c’est principalement la raison pour laquelle ces parasites sont dangereux aussi bien pour l’Homme que pour les animaux domestiques (les chiens, les chats etc..).

Dans les régions du nord de la France en 2020 et 2021, de nombreuses communes ont alertés sur les dangers de la chenille processionnaire. En effet, avec le vent et la perte de leurs poils urticants, des centaines de personnes ont été touchés par les démangeaisons et allergies, qui peuvent être très dangereuses dans certains cas. Les poils de chenilles peuvent voler sur des kilomètres et passer par votre jardin, alors même que vous n’avez pas de chênes sur votre terrain.

les poils urticants de la chenille processionnaire

Ce sont précisément les micropoils des chenilles qui composent la soie (le duvet de la chenille) qui comportent une toxine urticante provoquant des irritations sur la surface avec laquelle ils entrent en contact. Les chenilles les projettent généralement lorsqu’elles se sentent menacées. Mais il arrive également que ces petits dards en forme d’aiguilles microscopiques soient tout simplement emportés par le vent.

C’est alors cette substance toxique qui provoque les démangeaisons, les irritations et les boutons. Les effets peuvent apparaître :

  • sur les mains
  • sur le visage
  • sur le le cou
  • sur la langue (les poils étant tout petits, on peut les ingérer et provoquer une nécrose de la langue)
  • et sur toutes les surfaces en contact direct ou indirect avec les poils.

Chez d’autres personnes plus sensibles ou allergiques, des complications peuvent vite subvenir. Cela peut par exemple conduire à des troubles respiratoires sévères, des crises d’urticaire intenses, des lésions oculaires et peut même se transformer en choc anaphylactique.

chenille qui mange une feuille de chêne

Comment reconnaître une réaction allergique due à une chenille processionnaire ?

Lorsqu’ils sont emportés par le vent, les poils des chenilles processionnaires peuvent s’accrocher aux vêtements, aux objets qui sont à l’extérieur, aux fleurs et aux plantes, etc. Si vous vivez donc dans une région infestée par des colonies de chenilles urticantes, vous avez beaucoup de risque d’être exposé à ces fils de soie.

Vous aimerez aussi lire :   La coccinelle : le porte-bonheur du jardin, vous devriez tout faire pour les attirer

Vous pouvez constater ces symptômes :

  • Une démangeaison qui s’accompagne de douleurs et de rougeurs au niveau de la peau. Certaines zones peuvent même présenter des petites cloques et des plaques rouges.
  • Des rougeurs et de la douleur au niveau des yeux si les poils ont atteint cette partie. Cela provoque des troubles de la vue, un larmoiement et des paupières qui gonflent. Dans le cas où un poil se serait enfoncé, cela peut provoquer une conjonctivite.
  • Des toux, des éternuements, une gêne respiratoire, un malaise ou de la fièvre peuvent également être le signe d’une réaction allergique aux chenilles processionnaires lorsque les poils entrent dans la voie respiratoire.
  • Vous pouvez aussi avoir des vomissements, une irritation des voies digestives, des lèvres gonflées et une salivation excessive si jamais les poils ont été avalés.

Dans tous les cas, ne tirez pas des diagnostics tout seul : faites appel à un professionnel de la santé pour avoir son avis (médecin ou pharmacien).

allergie aux poils de chenilles urticantes
Attention aux allergies à cause des chenilles, dès la sortie de l’hiver

Comment se débarrasser des chenilles processionnaires ?

Avant de songer à vous débarrasser des colonies de chenilles urticantes, il y a des mesures à prendre si vous habitez dans une zone à risque.

  • Évitez par exemple de sécher le linge à l’extérieur pour que les poils ne s’y accrochent pas
  • Pensez à arroser régulièrement votre pelouse, surtout si vous envisagez de la tondre : ce n’est pas très écologique mais si vous avez des arbres avec des nids dans votre jardin, les poils vont s’y déposer : le fait de tondre va soulever les poils déposés sur le sol
  • Éloignez-vous le plus possible des pins et des chênes pour réduire les risques de tomber sur des processions de chenilles.
  • Lavez les fruits et légumes de votre jardin avant de les consommer.
chenilles sur un tronc
La chenille processionnaire vit en groupe, on les voit sur des troncs d’arbre

La chenille peut être elle piégée ? Oui !

Pour vous débarrasser de ces insectes nuisibles, vous pouvez installer des mangeoires ou un nichoir à mésanges près des zones à risques dans un arbre. En effet, ces oiseaux sont des prédateurs naturels. La mésange est particulièrement friande de chenilles processionnaires.

Il y a d’autres façons moins naturelles pour piéger les chenilles hors de leur nid.

Les pièges à phéromones

Il est possible de mettre en place des pièges à phéromone pour limiter l’accouplement et la reproduction des papillons de nuit. Certaines communes procèdent même à la pulvérisation de phéromones directement au dessus des forêts.

Vous aimerez aussi lire :   Le charançon, véritable destructeur de graines et de récoltes du jardin

Les éco-pièges

Autre façon de faire, les piéger avec des sacs qui viennent s’accrocher comme un collier sur l’arbre : les chenilles vivent en haut de l’arbre dans un nid, et au moment de faire leur procession vers le bas de l’arbre, elles vont se retrouvées piégé et tomber dans un sac : c’est un moyen écologique car une lutte sans produit chimique (notez bien qu’il peut y avoir plusieurs nids dans un même arbre)

Le traitement chimique anti chenilles

Il est également possible d’utiliser des insecticides afin de tuer les chenilles qui rampent dans votre jardin. Toutefois, le traitement de la chenille par produit chimique est toujours risqué pour votre environnement, notamment vos plantes ou votre potager.

Si vous constatez des cocons au bord de l’éclosion, ça ne sert à rien de vouloir briser le cycle vous même : il vaut mieux faire appel aux services d’une entreprise spécialisée dans le domaine des chenilles, qui sont en général les mêmes qui s’occupent des frelons asiatiques. Ces professionnels ont l’expérience nécessaire afin d’éliminer le maximum de poils et de chenilles en brûlant les nids et en aspirant les résidus. Cela permet en effet d’éviter que les poils ne se propagent et n’affectent pas la région pendant de longues années.

Les bonnes pratiques pour soulager les irritations dues à cette chenille urticante

Lorsque les réactions allergiques dues au contact avec une chenille urticante ne sont pas prises en charge immédiatement, les symptômes affaiblissent considérablement la personne touchée. Ainsi, pour éviter d’arriver au stade des difficultés respiratoires, il vaut mieux prévenir. Dès que vous suspectez un quelconque contact avec un fil de soie, lavez la zone avec de l’eau de manière abondante. Toutefois, évitez de frotter afin de ne pas casser les poils urticants. La prise d’antihistaminiques peut réduire les crises de démangeaisons.

Encore une fois, ne tirez pas des diagnostics tout seul : demandez à votre médecin ou pharmacien.

Chenille sur le sable
un exemple de nid de chenille processionnaire
Un ni de chenilles processionnaires dans un pin

Laisser un commentaire